La virtualisation dans tous ses états


Jusqu’à il y a peu, la virtualisation évoquait  la possibilité d’exécuter Windows XP sous Windows Vista, ou de consolider plusieurs serveurs en un seul serveur physique. Aujourd’hui le paysage est un peu plus complet, et je vais tâcher ici d’en clarifier un peu les principes à travers l’offre Microsoft. Pour plus d’informations, reportez-vous au site Microsoft Virtualization.

Virtual Server, Windows Server 2008 Hyper-V et Hyper-V Server sont les trois solutions Microsoft de virtualisation coté serveur, avec comme objectifs classiques l’optimisation, la consolidation, la souplesse de déploiement et de gestion de serveurs Windows ou Linux. System Center Virtual Machine Manager (SCVMM) est la solution de gestion de ces infrastructures.

Virtual PC est la solution de machines virtuelles coté client : sur votre Windows XP ou Vista, vous faites tourner des machines virtuelles Windows. Par exemple, pour des tests avec retour en arrière possible, pour utiliser des applications non compatibles avec votre OS actuel, ou pour séparer votre environnement de travail et votre environnement personnel.

Terminal Services, connu depuis Windows NT Terminal Server Edition 4.0 (!), est la solution multi-utilisateurs sur Windows Server. Avec Windows Server 2008, Terminal Services permet, outre l’accès à un bureau complet, l’accès direct à une application à distance (TS RemoteApp). On parle ici de virtualisation de présentation : l’application s’exécute sur le serveur mais s’affiche sur le bureau du client. Voir le Terminal Services TechCenter.

Application Virtualization (App-V) [ex-Softgrid] : Imaginez que plusieurs de vos utilisateurs aient besoin d’une application Access 97 alors que votre standard est Windows Vista + Office 2007. Au lieu d’installer Virtual PC et une VM sur chaque poste, App-V vous permet simplement de distribuer l’application Access 97 de façon à ce qu’elle s’exécute sur les postes, isolée des autres applications. Il s’agit de virtualisation d’application : l’application est téléchargée et exécutée sur le client à la demande, sans y laisser de trace. Autre avantage : aucun déploiement n’est nécessaire sur les postes. Une extension du modèle consiste à utiliser des applications virtualisées dans des sessions Terminal Services, avec App-V for Terminal Services. Voir le Application Virtualization TechCenter.

Virtual Desktop Infrastructure (VDI) et Windows Vista Enterprise Centralized Desktop (VECD) : Dans le modèle VDI, l’OS client (en l’occurrence Windows Vista) tourne dans une machine virtuelle sur un serveur. L’idée est de donner accès à l’environnement de travail depuis n’importe quelle machine et n’importe où. Microsoft VDI s’appuie donc sur Windows Server 2008 Hyper-V, SCVMM, et un mode de licence adapté pour Windows Vista appelé Windows Vista Enterprise Centralized Desktop (VECD). Le modèle peut ensuite être étendu grâce à App-V et TS RemoteApp pour délivrer les applications dans les machines virtuelles Windows Vista.

Microsoft Enterprise Desktop Virtualization (MED-V) [ex-Kidaro] ajoute à Virtual PC des fonctions avancées de gestion et distribution de machines virtuelles, ainsi que l’accès transparent par l’utilisateur à des applications qui s’exécutent dans une VM. Un peu comme TS RemoteApp, mais depuis une VM locale. Un scénario possible est l’utilisation d’applications nécessitant un OS plus ancien, alors que l’utilisateur n’a pas accès au réseau de l’entreprise.

Comme on le voit les scénarios ne manquent pas et les avantages sont énormes : plus de fonctionnalités, plus de compatibilité, moins de déploiement, plus de maîtrise, les possibilités sont innombrables.

Comments (0)

Skip to main content