Changement de Cap sur Azure stack !


Afin de garantir la pérennité de la nouvelle solution de cloud Azure Stack ainsi que sa supportabilité, Microsoft a bâti un plan de développement et de mise à disposition des produits sur sa nouvelle année fiscale (du 01/07/2016 au 30/06/2017).

Plusieurs raisons expliquent cela :

Microsoft souhaite garantir une fiabilité du produit et cela dans le rythme des mises à jour logicielles prévues par Microsoft mais aussi ceux des constructeurs (drivers et firmwares) qui seront inclues dans les mises à jour globales d’Azure Stack. Une seule mise à jour fera évoluer la plateforme cloud.

  1.  Microsoft veut se laisser plus de temps pour appréhender les remontées des clients et des partenaires sur l’expérience des Technical Preview d’Azure Stack (TP). Plus de feedbacks permettront une meilleure ergonomie du produit final ainsi qu’une meilleure réponse aux attentes des partenaire et clients.
  2. Un partenariat très fort a été monté avec 3 constructeurs : Dell, HPE et Lenovo afin de garantir que la couche matérielle supportant la couche cloud Azure Stack soit pleinement optimisée. Cela permettra de déployer un cloud en toute sérénité et sans complexité. De cette façon, le montage d’une offre Cloud se fera très rapidement avec un minimum de support. Ce choix est tiré de l’expérience des plateformes CPS (Cloud Platform System) de Dell et HPE.
  3. Plusieurs fonctionnalités PaaS, identiques à celles d’Azure, seront ajoutées dès la première version d’Azure Stack afin de répondre à un maximum de demandes.

Azure Stack repose entièrement sur Windows Server 2016 qui n’est pas encore disponible mais qui doit l’être très prochainement.

Par conséquent, il est important de bien préparer les fondements des futures offres cloud en s’attaquant dans un premier temps, aux couches basses de cette infrastructure : Compute, Network & Storage que l’on retrouve dans Windows Server 2016.

Windows Server 2016 est le pilier de l’architecture de Cloud Hybride Microsoft. Ce produit a évolué dans cette nouvelle version avec de nombreuses nouvelles fonctionnalités toutes inspirées du Cloud Public et plus précisément d’Azure.

Par exemple, avec Windows Server 2016, il est possible de reproduire une infrastructure hyper-convergée qui permettra de simplifier grandement l’infrastructure et optimisera également les performances tout en garantissant la continuité des services. Cela signifie que les investissements seront moindres tant sur la partie matérielle que logicielle mais aussi en temps d’administration.

Dans un avenir proche, les partenaires et clients seront sans doute amenés à « containeriser » les applications afin de les déployer plus rapidement mais aussi pour répondre à des piques de charge. Windows Server 2016 embarque nativement le moteur de containerisation DOCKER et cela tant dans un environnement physique que virtuel, sous Windows ou Linux. Cette fonctionnalité apporte plus d’agilité et de flexibilité dans la vie d’une production informatique.

Par ailleurs, le déploiement de nouveaux systèmes reste jusqu’à aujourd’hui une opération lente et fastidieuse. Windows Server 2016 apporte un nouveau mode de déploiement appelé NANO Server qui permet aux administrateurs systèmes d’installer un Windows Server 2016 en moins d’une minute pour, par exemple, déployer un nouveau serveur de fichiers ou bien un nouvel hyperviseur (Hyper-V).

Ceci n’est qu’un rapide aperçu des principales nouveautés de Windows Server 2016 qui s’inspire des fonctionnalités déjà éprouvées dans Azure et qui constituera les fondements des solutions Cloud de demain.

De plus, System Center 2016 viendra compléter Windows Server 2016 dans la gestion globale de l’infrastructure tout en suivant les préconisations ITIL et cela pour l’ensemble des couches de management d’une infrastructure.

Enfin, SQL Server 2016 sera la nouvelle version du moteur de base de données de Microsoft. Elle permet de monter des solutions hybrides dans des environnements cloud afin d’assurer une plus grande sécurité, une continuité des services mais aussi des optimisations de performances comme l’analyse prédictive au sein même de la base de données. SQL Server 2016 sera à n’en pas douté la pierre angulaire des offres cloud autour des sujets Data & BI chez nos partenaires et clients.

Pour toutes ces raisons et pour permettre une absorption de ces nouvelles technologies, Microsoft doit repousser de 6 mois la mise à disposition de la release d’Azure Stack.

Azure Stack est la touche ultime d’une offre cloud maitrisée et performante. Son arrivée tardive sur le marché garantit une meilleure fiabilité globale de la solution tout en laissant le temps aux acteurs du cloud de bien se préparer en maitrisant toutes les nouvelles fonctionnalités apportées par Windows Server 2016, System Center 2016 et SQL Server 2016.

Pour finir, Azure Pack (WAP) est actuellement notre portail cloud pour les solutions hébergées et ce dernier est supporté jusqu’en 2022, et continue d’apporter des améliorations ainsi que le support des nouvelles versions de Windows Server et System Center. Il est donc tout à fait envisageable de commencer avec cette solution afin de se familiariser avec les solutions cloud Microsoft.

En synthèse :

  • Préparer Azure Stack en déployant dès aujourd’hui : Windows Server 2016, System Center 2016 et SQL Server 2016.
  • Imaginer des offres cloud en s’inspirant et en utilisant des services déjà déployés dans Microsoft Azure (le cloud public Microsoft).
  • L’expérience Azure Stack sera la même que celle d’Azure (même ergonomie, même API, …)
  • Tester les Technical Preview d’Azure Stack qui seront distribuées tout au long de l’année (la TP2 le sera disponible courant de l’été).
  • Déployer Windows Azure Pack si vous désirez une solution clé en main et déjà opérationnelle pour du IaaS ou du PaaS.
Comments (0)

Skip to main content