[ Licensing SPLA ] Les licences RDS, pourquoi, comment ?


C’est quoi les licences RDS et ça fait quoi ?

RDS signifie Remote Desktop Services. Ce produit vous permet d’offrir une expérience PC virtualisée, autrement dit de bâtir une offre de bureau à distance pour vos clients et de leur donner accès à Office.
Il se licencie à l’utilisateur. Une SAL RDS est donc requise par utilisateur susceptible d’avoir accès au service hébergé.

Dans quels cas a-t-on besoin de déclarer des SALs RDS en SPLA ?

Il est nécessaire de déclarer des licences RDS en SPLA dans 2 cas de figure :

CAS N°1 : Dans un scenario de Hosted Desktop As A Service : vous souhaitez proposez une expérience PC à vos utilisateurs au travers d’un navigateur web.

Windows 7/8 n’existe pas en SPLA. La seule façon de proposer un service de bureau à distance en SPLA est de bâtir son offre sur Windows Server + RDS. Puis de personnaliser l’expérience utilisateur pour faire en sorte qu’elle ressemble à l’expérience d’un OS Windows.

Licences SPLA à couvrir par mois:
Windows Server, qui se licencie au processeur physique. Optez pour Windows Standard pour un environnement peu, ou pas, virtualisé. Préférez Windows Server Datacenter pour les environnements hautement virtualisés.
RDS, qui se licencie à l’utilisateur. Vous devez compter l’ensemble des utilisateurs qui pourront avoir accès au service et vous procurez le nombre de licences correspondant.

  

Les bénéfices pour vos clients :
o Travailler depuis n’importe où et n’importe quel périphérique : PC, tablette, mobile
o Plus besoin de gérer les systèmes d’exploitation
o Optimisation des coûts et ne payer qu’à l’utilisateur
o Business Continuity : moins de risque de perdre des données

Pour tout savoir du modèle licensing Desktop As A Service, consulter le DaaS Licensing Brief.
Lecture technique : Desktop Hosting Reference Architecture Guide

CAS N°2 : Dans un scenario où vous fournissez de l’Office (ou l’un de ses composants) en service hébergé

A partir du moment où vous fournissez Office en mode hébergé et/ou embarqué dans une application tierce (exemple : Excel fournit dans une application de comptabilité), vous devez déclarer des licences RDS.
Là, le calcul est assez simple puisqu’Office et RDS se licencient à l’utilisateur tous les deux. C’est donc 1 pour 1 : le nombre de licences Office et le nombre de licences RDS que vous déclarez doivent être égaux.

Licences SPLA à couvrir par mois:
Windows Server, qui se licencie au processeur physique. Optez pour Windows Standard pour un environnement peu, ou pas, virtualisé. Préférez Windows Server Datacenter pour les environnements hautement virtualisés.
RDS, qui se licencie à l’utilisateur. Vous devez compter l’ensemble des utilisateurs qui pourront avoir accès au service et vous procurez le nombre de licence correspondant.
Office, qui se licencie à l’utilisateur. 2 éditions disponibles en SPLA : Office Standard et Office Pro Plus

Pour tout savoir d’Office en mode hébergé, consultez l’Office Hosted Licensing Brief.

!!! BON A SAVOIR !!!

  • Offre de DaaS via un PC Managé = pas de licence RDS

Dans le cadre d’une prestation de PC managé, c’est le fournisseur de service qui est propriétaire du matériel qu’il loue à son client. L’OS doit être pré-installé en OEM sur le matériel.
Extrait du SPUR : « “Rental PC” means a personal computer fully owned by or leased to Customer, which is rented/leased to an End User. A Rental PC must be physically supplied to the End User. »

Pour proposer une offre de bureau à distance en PC managé, le service provider devra :
1- Signer un avenant à son contrat SPLA pour l’autoriser à faire l’usage de ce PC et des logiciels installés dans le cadre d’un contrat locatif. Important : si vous louez des PCs sans avoir signé cet avenant, contactez au plus vite votre revendeur. Il s’agit d’une simple démarche administrative mais ne pas l’avoir fait peut vous mettre dans une situation de non conformité licensing vis-à-vis des droits d’usage OEM.
2- Etre propriétaire des PC avec Windows pré-installé en OEM.
3- Déclarer en SPLA par mois et par PC:

  • La référence Windows Pro Upgrade : c’est le seul cas de figure où l’OS Windows peut être proposé en SPLA.
  • Les références Office nécessaires pour l’offre. L’Office n’est plus installé sur un serveur mais bien en client lourd sur le PC managé.

 

  • Vous pouvez utiliser les licences RDS de vos clients (couvertes par la Software Assurance uniquement)

Depuis décembre 2013, RDS est éligible à la mobilité de licence. Cela implique donc que les Service Providers pourront héberger, dans des VM dédiées, les licences RDS utilisateurs* que leurs clients auront préalablement acquises dans le cadre d’un contrat de licences en volume avec une Software Assurance active. Ne pas oublier : Windows Server sera en revanche obligatoirement à déclarer en SPLA.

* la mobilité de licence RDS n'est autorisée que pour les licences utilisateurs, pas pour les licences Device.

Comments (0)

Skip to main content