Azure Backup: comment estimer la facture? quels outils?


Plusieurs discussions autour du service Azure Backup ont fait émerger un feedback qui ressort régulièrement > Prévoir le stockage nécessaire n’est pas facile et donc le caractère prédictible de la facture demeure vague, pouvant occasionner une certaine préoccupation.

Bien entendu, il n’est pas facile de répondre avec précision à cette question car plusieurs facteurs d’ordre technique & stratégique sont à prendre en considération. Cela étant, il est tout de même possible de projeter une estimation du coût mensuel en prenant quelques hypothèses et donc de se rassurer.

–> Un outil bien pratique existe pour cela et il est disponible gratuitement au téléchargement à l’adresse suivante: https://gallery.technet.microsoft.com/Azure-Backup-Monthly-bill-093fd095#content

Un cas d’usage

Voici un exemple de simulation réalisée avec l’outil pour une infrastructure à sauvegarder avec Azure Backup:

ABTCOTool

Dans l’exemple ci-dessus, nous avons un mix de machines virtuelles qui s’exécutent dans le IaaS Azure mais également à demeure sur un hôte Hyper-V ainsi qu’un serveur Windows dans lequel je sauvegarde des fichiers et dossiers. Le résultat en bas à droite de la capture est très clair, on a le coût total mensuel estimé et cette projection intègre l’ensemble des coûts d’usage du service, pas de surprise à venir.

Pour utiliser l’outil, il suffit d’avoir en-tête les notions suivantes et de les indiquer:

Primary datasource: c’est votre source de données, ca peut être des fichiers, une machine virtuelle, un poste de travail…
Size (GB): c’est la taille de votre source de données, c’est à dire l’espace disque qu’elle occupe actuelement
Churn: c’est la quantité de données modifiées, exprimée en %, nouvellement générée pour chaque backup. Probablement un des paramètres les plus difficile à estimer, aussi, dans l’outil, on trouve des valeurs moyennes prises comme hypothèses de départ.
LRS/GRS: le type de redondance du compte de stockage Azure (LRS=3 copies dans le même Datacenter / GRS=6 copies réparties sur 2 Datacenters)
– Backup Freq: la fréquence de vos sauvegardes, pour cela, on pourra choisir de faire des backups au jour, à la semaine ou au mois.

Simple à utiliser, il structure la démarche pour poser les bonnes questions (combien de serveurs, quel type de sauvegarde, à quelle fréquence etc…) et projette le coût mensuel en se basant sur quelques postulats qui simplifient l’étude (notamment le % de churn).

Et si j’ai DPM et beaucoup de systèmes protégés?

Un déploiement DPM peut se limiter à quelques systèmes mais aussi s’étendre à quelques centaines de machines à protéger. Afin d’estimer le nombre d’instances protégées et le stockage nécessaire dans Azure Backup, un petit utilitaire bien pratique permet d’extraire les informations nécessaires depuis la base de données de DPM. Pour cela, il suffit de:

1/ Récupérer le script PS à exécuter sur le serveur DPM à l’adresse suivante: https://gallery.technet.microsoft.com/Estimating-Azure-Backup-e0d4abbc.

2/ Le transférer sur votre serveur DPM et l’exécuter le depuis le prompt PS DPM en mode d’élévation de privilèges, comme ceci:

DPMShell

3/ Naviguer jusqu’à l’emplacement où vous avez déposé le script, lancer ce dernier et confirmer avec “R”:DPMShell2
4/ Renseigner le nom de votre serveur DPM et valider:DPMShell3

5/ Le script collecte alors les données de la base de DPM comme les tailles des sources de données, machines & points de récupération. Les informations sont agrégées et présentées dans un fichier au format HTML:
ScriptOutput
6/ Et maintenant, c’est très simple. On récupère sur le rapport ci-dessus le nombre total d’instances protégées (ici 2) et le stockage estimé à 30 jours (22GB), puis on rouvre la feuille Excel du TCO Calculator, on se positionne sur l’onglet “PS Script for DPM sources”, on colle les données dans les 2 cases en haut à gauche et le tour est joué!

TCOToolDPM
Bien sur, on a ici de simples estimations, il est évident qu’avec des politiques de rétention à long terme, la quantité de données stockées va s’accroître et que ceci doit être pris en compte de même que la croissance dans une étude plus fine. Néanmoins, ces outils fournissent une très bonne base pour commencer à modéliser les coûts d’usage d’Azure Backup que l’on soit dans le cas d’un usage cloud uniquement ou en mode hybride avec des outils comme System Center.

Comments (0)

Skip to main content